Guy Bedos l'immense acteur et humoriste nous quitte à l'âge de 85 ans

Guy Bedos nous quitte à l'âge de 85 ans. L'immense humoriste et comédien tire sa révérence, après plus de 50 années d'une carrière exceptionnelle et unique.

Guy Bedos l'immense acteur et humoriste nous quitte à l'âge de 85 ans

Nicolas Bedos à son cher père : "Il était beau, il était drôle, il était libre et courageux. Comme je suis fier de t’avoir eu pour père. Embrasse Desproges et Dabadie au Paradis", a annoncé son fils, l’acteur, humoriste et réalisateur Nicolas Bedos.

Mort de Guy Bedos

Guy Bedos est décédé aujourd'hui le 28 mai 2020. Il était un artiste engagé, à la fois redresseur de torts, parfois très tendre, et souvent très cynique et corrosif sur bien des sujets de société qu'il traitait comme personne.

Très orienté politiquement à gauche et souvent désagréable envers sa famille du même bord politique.

Mort de Guy Bedos ce 28 mai 2020

Adieu Guy Bedos

Guy Bedos est décédé à l'âge de 85 ans, mort annoncée par son fils Nicolas. Ce grand humoriste et comédien né en Algérie, a réussi une carrière ininterrompue pendant plus de 50 ans !

Se targuant d'avoir eu des succès immenses tant sur scène comme amuseur et humoriste, qu'au cinéma, mais également au théâtre. Ses one man shows sont, et resterons gravés dans le mémoire de tous les Français.

Guy Bedos déclarait : "Je me sens d’abord humoriste et satiriste. C’est ça ma religion. Donc libre de toute espèce de laisse qui pourrait me tenir. Je veux pouvoir tout dire, y compris des conneries", disait Guy Bedos de sa voix rauque.

Mort de Guy Bedos

Double casquette

En 2013, 50 ans après ses débuts, il fait ses adieux au one-man-show, en se produisant sur la scéne mythique de l’Olympia. Guy Bedos a tout de même continué à se produire sur les planches du théâtre.

Il explique sa longévité en précisant ceci : "Je pense, par ma résistance affichée à tous les pouvoirs, être devenu un porte-parole".

Guy Bedos prenait un malin plaisir à jouer les éditorialistes. Tel un journaliste avec ses fameuses fiches, il se paye les têtes du moment avec délectations.

Ces cibles préférées se nomment Jean-Marie Le Pen et sa famille, Nadine Morano, Nicolas Sarkozy, Jean-François Copé, mais également François Hollande et Manuel Valls pour ne citer que ceux-ci !

Grand défenseur des sans-papiers, Guy Bedos retirait sa casquette d'humoriste pour celle d'un homme engagé. 

Guy Bedos est décédé à 85 ans

Le sniper

Sa silhouette  et son petit gabarit, associé à ses cheveux blancs et ses yeux d'un noir aussi profond que ses convictions, se déclarait appartenir à la "gauche couscous".

Tel un sniper il visait la "gauche caviar" et il justifiait par ces mots : "je ne peux pas être déçu par la droite, vu que la droite, je m’en tape. Il n’y a que la gauche pour me décevoir".

Il passait pour un type méchant auprès de ceux qui ne l'aimaient pas : "on m’a collé cette réputation, ce que je récuse. Je ne cherche pas à blesser à tout prix. Mais je peux être violent, oui", déclarait-il.

Né le 15 juin 1934 à Alger, il connaît une enfance difficile. Après la séparation de ses parents, son beau-père bat sa mère, laquelle frappe son fils en retour.

Mort de Guy Bedos ce 28 mai 2020

Ses débuts et amitié avec Jean-loup Dabadie

Guy Bedos, entre à l’école de théâtre de la rue Blanche. Son premier rôle au cinéma, fut en 1955, dans "Futures vedettes", de Marc Allégret. Il commene également à monter sur les planches.

Ses premiers duos avec son èpouse Sophie Daumier remontent à 1963. Le sketch "La drague", est devenu culte. Deux ans plus tard, il se produit pour la première fois à Bobino, avec la chanteuse Barbara.

La consécration arrivera en 1968 : il est cette fois seul sur scène toujours à Bobino. De cette époque, date son amitié avec le scénariste Jean-Loup Dabadie, décédé dimanche, qui a notamment écrit pour lui le célèbre sketch "Bonne fête Paulette".

Guy Bedos nous quitte

Ses plus grands succès sont "Un éléphant ça trompe énormément" (1976) et "Nous irons tous au paradis" (1977), d’Yves Robert. Il travaille aussi pour Marcel Carné, Claude Berri ou Patrice Chéreau.

Plus tard, on le verra également dans des téléfilms populaires comme "Une famille pas comme les autres" ou "Chère Marianne".

Il se produit dans de nombreux spectacles comiques, dont il est l’auteur, passe au Zénith, fait un énorme triomphe à l’Olympia avec Muriel Robin. Ils obtiennent la Victoire de l’humour. 

Nicola Bedos rend hommage à son père

Guy Bedos ce grand hypocondriaque, et grand angoissé, "camé" aux somnifères, comme il le dit lui-même, met en scène ses propres angoisses et laisse exploser son sale caractère, son cynisme, la rage de son enfance, pour mieux s’en prendre à l’hypocrisie et à la bêtise.

Marié 3 fois, avec Karen Blanguernon, Sophie Daumier décédée en 2003, des suites d’une maladie génétique rare et Joëlle Bercot, il est père de 4 enfants, Leslie, Mélanie, Victoria et Nicolas.