George Floyd : une équipe de TF1 attaquée par la police à Minneapolis

Une équipe de TF1 attaquée, menacée et menottée par la police américaine, pendant les émeutes qui embrasent plus de 40 grandes villes des Etats-Unis suite à la mort de George Floyd.

George Floyd : une équipe de TF1 attaquée par la police à Minneapolis

La journaliste Amandine Atalaya et son caméraman qui couvrent l'événement concernant la mort de George Floyd, ont été pris pour cible par la police et l'armée américaine alors qu'ils étaient dans leur voiture.

Les Etat-Unis en feu pour George Floyd

Mort de George Floyd

Aux Etats-Unis le situation ne s'arrange pas, et les manifestations anti-racistes continuent. Les affrontements entre les civils et les forces de l'ordre sont très violentes.

A la suite de la mort de George Floyd, le mouvement contestataire s'amplifie, pour cet homme noir qui n'était pas armé et qui est mort aux mains des forces de l'ordre pendant son arrestation.

Des journalistes de TF1 attaqués par le police américaine

Les villes américaines s'embrasent

Les vidéos de la scène envahissent les réseaux sociaux depuis plusieurs jours. Des émeutes très violentes ont lieu dans toutes les grandes villes américaines et les journalistes sont pris pour cible par les autorités.

Les villes américaines s'embrasent  et Donald Trump ne fait pas grand chose pour calmer la situation. Ses seules et uniques prises de paroles se limitent uniquement par des tweets pour appeler au retour à l'ordre.

Il en profite pour fustiger les médias sur leurs soi-disant 'fake news', au sujet des journalistes américains qui ont été menacés et même arrêtés et blessés par la police américaine. Ils ne sont d'ailleurs pas les seuls , car une équipe de TF1 sur place à également été interpellée attaquée et menottée.

La mort de George Floyd embrase les Etats-Unis

Des journalistes attaqués par la police

la journaliste Amandine Atalaya et Matthieu Derrien son caméraman pour TF1, ont été pris pour cible par des tirs de balles en cahoutchouc, alors qu'ils étaient tous les deux dans leur voiture, pour couvrir l'événement sur place à Minneapolis. La jeune femme journaliste en a témoigné dimanche soir en duplex dans le '20 heures' : 

Elle déclarait : "Il y a eu des arrestations à la pelle, et sans aucune distinction ! Des émeutiers, bien sûr, mais aussi des civils très calmes ou bien des journalistes, comme nous", a ainsi expliqué la journaliste.

George Floyd les Etats-Unis en feu

"Nous avons été arrêtés et menottés"

Amandine Atalaya poursuit : "Nous commencions à peine notre reportage quand des militaires ont tiré sur notre voiture avec des balles en caoutchouc".

La journaliste ajoute : "Nous avons été arrêtés, menottés, et rassemblés avec beaucoup d'autres habitants dans l'entrée d'une prison, puis nous avons finalement tous été relâchés au bout de deux heures environ", a-t-elle déclaré tandis alors qu'elle montrait une photo du pare-brise défoncé de leur voiture.

Emeutes anti-racistes aux Etats-Unis

La journaliste conclu par ces mots : "Forcément, dans ces conditions, à la fin de la nuit, la ville était redevenue calme et sous contrôle et Donald Trump encourage clairement cette nouvelle agressivité des forces de l'ordre".

"Il met également en cause les antifascistes alors qu'en réalité, ils sont minoritaires pour l'instant dans ces émeutes, et puis il prévient que si des manifestants approchent de la Maison Blanche, il utilisera, je le cite, ses chiens les plus vicieux et des armes effrayantes", 

Minneapolis en feu pour George Floyd

Couvre-feu aux Etats-Unis 

Amandine Ayatala et son collègue caméraman sont toujours sur place et continuent à couvrir l'événement. Les villes brûlent aux Etats-Unis. toutes les grandes villes sont sous la pression des manifestants un peu partout. Los Angeles, New York, Seattle, Atlanta, Denver Philadelphie etc. 

La mort de George Floyd provoque une explosion de colère aux Etats-Unis et prés de 40 villes imposent un couvre-feu. Les villes américaines s'embrasent. Des commerces et les voitures incendiées par centaines, des émeutes ont même lieu devant la Maison Blanche.

Mort de George Floyd à Minneapolis

Les forces de l'ordre lancent des assauts. Donald Trump, à quelques mois des élections, est confronté au désordre civil le plus grave de son mandat. La mairesse d'Atlanta déclare :

"Le président Trump aggrave les choses, et nous avons dépassé le point critique. Sa théorie ne fait qu'enflammer les choses et il devrait juste se taire. Il devrait unifier notre pays et ne pas attiser les flammes"

Les derniers mots de George Floyd lors de son arrestation : "Je ne oeux plus respirer monsieur, lachez-moi, je ne peux plus respirer".