COVID-19 : a qui profite le coronavirus ? certain secteurs se frottent les mains !

L'épidémie de coronavirus ne fait pas que des malheurs, dans le secteur économique certaines entreprises se frottent les mains et en profitent

COVID-19 : a qui profite le coronavirus ? certain secteurs se frottent les mains !

De plus en plus d'entreprise sont fortement pénalisées par la crise liée à l'épidémie de coronavirus, mais d'autres au contraire, y trouvent très largement leur compte.

Les sociétés du secteur de la santé et certaines sociétés dans le domaine du divertissement, mais aussi celles qui proposent des services professionnels à distance.

Les boursiers appellent ces entreprises qui offrent ces services utilisables depuis le domicile, des "Stay-at-home", le (Restez à la maison), en français.

Le coronavirus ne fait pas que des perdantsLe coronavirus ne fait pas que des perdants

Parmi toutes ces entreprises, on retrouve l'éditeur et développeur de jeux vidéo Activision Blizzard, mais aussi Ndemic Creations l'éditeur du jeu Palgue Inc, lancé en 2012 et qui est devenu en quelques jours après le début de l'épidémie l'un des jeux mobiles les plus téléchargés.

Côté divertissement, Netflix aussi se démarque beaucoup et tire avantageusement son épingle du jeu. L'entreprise a gagné 8% en bourse après les mesures de confinement prises à travers la planète.

Le coronavirus favorise certains secteurs d'activitésSanté, alimentaire, travail

On peut également citer les entreprises qui proposent des plate-formes de télétravail ou de téléconférence comme Slack, qui a enregistré une hausse de 17% en un mois, ou encore Zoom, une société qui propose des solutions de communications vidéos pour les entreprises et qui a progressé de 44%

San surprise, les entreprises du secteur santé sont en pleine forme, comme les laboratoires Euromédis, une société française dont l'activité tourne autour de la conception et la distribution de materiels médicaux, qui a bondi de 244% dans le mois. Même constat pour Biosynex, entreprise fournissant des dispositifs médicaux pour le dépistage, qui a été multiplié par deux en un mois également.

Enfin l'épidémie profite à la grande distribution, les Français étant très nombreux à multiplier les achats de précautions (riz, pâtes, conserves, eau). Dans l'Hexagone, sur la semaine du 24 février au 1er mars, une hausse des ventes a été enregistrée dans la distribution alimentaire par rapport à la même semaine l'an dernier selon les chiffres de linstitut Nielsen.