Camélia Jordana continue sur les violences et se compare à Angela Davis

Camelia Jordana continue son combat sur le sujet des violences policières en se déclarant fière d'avoir ouvert le débat. Dans une interview elle se compare à Angela Davis la militante des droits humains, des années 70.

Camélia Jordana continue sur les violences et se compare à Angela Davis

La chanteuse et actrice Camélia Jordana est revenue lors d'une interview dans Le Monde, sur la fameuse polémique qu'elle avait déclenché concernant les violences policières.

C'était, rappelons-le dans l'émission "On n'est pas couché" présentée par Laurent Ruquier en mai dernier.

Camélia Jordana relance le débat

Satisfaite

La jeune femme assure aujourd'hui que les conséquences et les retombées liées à ses déclarations n'ont pas été trop dures à vivre. Bien au contraire, car Camélia Jordana se déclare même très satisfaite d'avoir ouvert ce débat qui pour elle, est d'une importance capitale.

Pour la comédienne, le simple fait d'en parler publiquement avec conviction ne peut que faire réfléchir et avancer les choses. 

Camelia Jordana combat les violences policières

Ouvrir un débat

Quelques semaines après ses propos, le sujet est d'envergure et plus que jamais d'actualité. Dans son interview accordée pour Le Monde, Camélia Jordana déclare :

" J’étais contente, cela n’a pas été dur à vivre. Le militantisme ça donne la pêche, on se rend compte qu’on n’est pas seul(e), ça donne place à un mouvement, ça fait grandir de manière assez égale une force et une colère. C’est exactement ce que je voulais faire sur ce plateau: ouvrir un débat."

Camelia Jordana

Soulèvement populaire

Elle a bien évidemment participé à plusieurs manifestations et particulièrement à celle de la famille d'Adama Traoré, qui relançait de plus belle ce très épineux dossier des violences policières.

La chanteuse lance un appel et se félicite de constater que toutes ces mobilisations crèent des soulèvements très populaires et des réactions de plus en plus fortes pour lutter contre le racisme et les inégalités des genres. Camelia Jordana appelle également à un "traitement des plaies de la colonisation" 

Camelia Jordana lance un appel

Comme Angela Davis !

"C’est très rassurant et joyeux que l’on soit aussi nombreuses et nombreux à prendre la parole, à se cultiver et à avancer ensemble, à déconstruire nos erreurs… J’ai l’impression qu’il y a une prise de conscience de ce qu’Angela Davis appelait le 'féminisme intersectionnel'. Ce féminisme intersectionnel gagne ma génération et celle d’après."

Camelia Jordana se compare à Angela Davis

Tollé général

Camélia Jordana, sera très bientôt à l'affiche du film de Frédéric Farrucci "La Nuit venue", mais elle avait effectivement déclenché une très vive controverse sur le plateau de Laurent Ruquier, en disant :

"Des hommes et des femmes qui vont travailler tous les matins en banlieue, se font massacrer pour nulle autre raison que leur couleur de peau." Aie, ça fait mal et bingo tous les médias s'embrasent et des tonnes de réactions envahissaient les réseaux sociaux et toutes les chaînes de télé et radio commentaient. 

Camelia Jordana son film

Militante acharnée

Surtout que Camélia Jordana en rajoutait une couche en affirmant : "je ne me sens pas moi-même en sécurité face à un flic en France". Christophe Castaner encore ministre de l'Intérieur à ce moment, avait condamné très fermement ces propos de la chanteuse militante.

Elle s'était également mise à dos "Alliance", le syndicat de la police nationale qui dénonçait sans réserve les accusations inadmissibles dont les policiers faisaient l'objet en les traitant de racistes et de meurtriers. On reparlera encore certainement de Camélia Jordana qui devient une militanrte acharnée, en plus de son métier d'artiste.