Voici comment s'attrape l’herpès... - Page 1/2

L’herpès, ça s’attrape comment ?

Dix millions de Français seraient porteurs de ce virus. D’où vient cette maladie dont peu de gens connaissent les manifestations, les risques et les modes de transmission ?

C'est quoi ?

Génital, labial… les herpès se déclinent au pluriel. A l’origine, deux virus d’une même famille des Herpes Simplex Virus (HSV) qui ont en commun une transmission par simple contact. Une fois installés, l’un et l’autre restent à vie dans l’organisme et c’est à l’occasion d’un facteur déclenchant, fièvre, stress, fatigue, exposition au soleil ou au froid, traumatismes tels des soins dentaires ou des rapports sexuels, qu’ils s’expriment ici ou là.

Herpès labial : un baiser suffit

Communément appelée « bouton de fièvre », cette forme d’herpès (HSV1) entraîne l’apparition de vésicules et de croûtes qui disparaissent en quelques jours. Cependant, c’est avant que celles-ci apparaissent qu’une personne porteuse du virus est la plus contagieuse. Quand on a été contaminé à son tour, la primo-infection passe le plus souvent inaperçue mais on devient contagieux sans le savoir. On peut ainsi transmettre le virus lors d’un baiser sur les lèvres mais aussi lors d’un rapport sexuel oral ou contaminer d’autres parties de son propre corps (nez, paupières, yeux…) si l’on touche les lésions en oubliant, ensuite, de se laver les mains.

L’herpès génital en très nette progression

Cette forme d’herpès est une infection sexuellement transmissible (IST) en nette progression dans notre pays. On a longtemps pensé que l’herpès génital était uniquement dû au second type de virus (HSV2), mais les spécialistes constatent aujourd’hui que celui de l’herpès labial en serait responsable dans près de 45 % des cas.

L’herpès génital entraîne l’apparition de vésicules au niveau du col de l’utérus ou sur la vulve chez la femme, et sur la verge chez l’homme. Les poussées peuvent entraîner des douleurs importantes, mais cette forme d’herpès favorise surtout la survenue d’autres infections sexuellement transmissibles tel le sida.

Chez la femme enceinte, l’herpès génital a longtemps été une menace pour l’enfant à naître pendant la grossesse et au moment de l’accouchement, nécessitant alors une césarienne. Aujourd’hui, grâce à une bonne surveillance et à l’utilisation de traitements préventifs, la transmission du virus de la mère à l’enfant est devenue quasi-inexistante dans les pays développés.

Page 1 sur 2

Derniers Articles