Prêt à taux zéro : Comment en profiter... - Page 1/3

Comment profiter du nouveau Prêt à taux zéro

Depuis le 1er janvier, le prêt à 0% est plus accessible et plus généreux. Un sérieux coup de pouce pour acheter sa première résidence principale, dans le neuf mais aussi dans l'ancien.

Un accès élargi

Le PTZ est accordé si vos revenus ne dépassent pas certains montants, variable selon la composition de la famille et la zone dans laquelle vous allez investir. La bonne nouvelle ? Ces plafonds ont été relevés depuis le 1er janvier, «  ce qui élargit largement le nombre de bénéficiaires potentiels de ce crédit avantageux » souligne Roselyne Conan, juriste à l’Anil. En zone A (Cannes, Lyon, Marseille…) par exemple, un célibataire le décroche si ses revenus n’excèdent pas 37000 euros par an, contre 36000 auparavant. En zone B1 (Dijon…), il y a droit s’il ne gagne pas plus de 30000 euros, au lieu de 26000 euros précédemment. Pour un couple avec deux enfants, ces seuils sont portés à 74 000euros, au lieu de 72 000, et 60000 euros au lieu de 52000. C’est d’autant plus généreux que déjà, en 2014, l’Etat avait décidé de modifier le découpage des zones. Ainsi, certains Français, dont les revenus étaient trop élevés pour bénéficier de l’aide, y avaient finalement eu droit : leur ville ayant changé de zone, les plafonds de ressources à respecter n’étaient plus les mêmes.

Des montants plus importants

Le prêt à taux zéro, qui vient toujours compléter d’autres prêts, ne pouvait jusqu’à l’année dernière financer que 18 à 26% maximum du coût de l’opération. Désormais, cette proportion passe à 40%, partout en France. Mais le budget global pris en compte reste plafonné. Par exemple, pour un couple avec enfant en zone B1, le montant maximal de l’opération pris en compte pour le prêt est de 270 000 euros. Le PTZ est donc limité à 40% de ce montant. Même si le couple achète une maison de 300 000 euros, le montant du PTZ ne pourra être supérieur à 108 000 euros (40% de 270 000). Mais s’il convoite un appartement de 200 000 euros, le prêt atteindra 40% de ce prix, qui est inférieur au plafond, soit 80 000 euros. « Mais pour l’achat d’un HLM, le PTZ ne doit en revanche pas représenter plus de 10% du coût total » rappelle Roselyne Conan.

Page 1 sur 3

Derniers Articles