Les mecs qui passent leur temps à taquiner leurs amis sont en réalité les meilleurs potes du monde !

Avez-vous déjà entendu et observé des potes échanger entre eux ?

Ils sont comme une tribu avec leurs coutumes propres, leurs références, leur histoire commune, leurs aventures passées, leurs souvenirs de déboires et de galères… À base d’humour gras et rocailleux, de réflexions salaces, ça se chambre, ça s’engueule, ça s’insulte, ça se surnomme avec des petits noms pas très reluisants, ça parle de cul à 90% du temps, ça transpire une classe assumée ; une classe de « lascar » !


Pas d’inquiétude, c’est NORMAL, tout cela est affectif. C’est simplement la manière naturelle de se comporter entre « durs de durs » !


En même temps, quand on a biberonné à South Park, American Pie, B2O-BA, Sum 41, Le Journal du Hard, Call of Duty ou YouPorn (et j’en passe), tu sais que dans les années à venir, toi et tes potes australopithèques, vous déconnerez sur les mêmes délires. 
Il suffit de rassembler la tribu devant un match de foot avec apéro et binouzes… et une petite PS4 avec le dernier FIFA, pour la troisième mi-temps, et la magie « testosteronesque » prendra en quelques instants !

Warner Bros



Entre amis, les « vrais de vrais », « entre couilles » comme on dit familièrement, on est capable de se dire des choses blessantes, on s’attaque de front sur notre honneur et notre fierté, on peut même en venir gentiment aux mains (dans un style peu académique de lutte celto-gauloise)… mais on sait que dans tous les cas, les choses seront mises à plat a posteriori (s’il y a malaise) et que jamais l’on ne se fera « la gueule » (vous remarquerez que ce terme familier des filles fait tâche ici) pour des mots qui seront allés un peu trop loin.

Chambrage et vannes la plupart du temps, mais solidarité et fraternité avant tout. Comme dirait Maximus Decimus dans le film Gladiator, de Ridley Scott : « Force et Honneur » !

 

La chose ironique dans tout ça, c’est qu’on est souvent désagréables, impolis et bourrins avec ses potes mais rarement avec les gens qu’on ne connaît pas, ou même qu’on n’apprécie pas.



En voyant ça de manière réaliste : on s’insulte les uns les autres parce que justement, quand on se sent à l’aise avec une personne qu’on connaît bien et depuis longtemps, on ne ressent pas le besoin de feindre la compassion, d’y aller par quatre chemins ou de marcher sur des œufs. On balance, en en rajoutant, puis on voit la réaction.

Vous savez qu’ils ne seront pas offensés par votre honnêteté (parfois brutale). Dans une certaine mesure, vous savez qu’ils apprécieront. Ce sera authentique, parfois maladroit, mais jamais malveillant. 
Si vous êtes constamment préoccupé d’offenser vos amis, vous-même vous ne serez jamais prêts à baisser votre garde avec eux. Ce qui faussera la donne.

Warner Bros


C’est une chose de mettre une barrière « adaptée » à votre environnement, de vous imposer des « limites », que ce soit avec votre famille, avec votre copine, à votre travail ou dans votre lieu d’étude… Mais lorsque vous êtes avec votre bande de potes, il est absurde d’avoir peur de les blesser ou d’outrepasser les limites du dit politiquement correct.
 

L’ego masculin est une chose bien étrange et mystérieuse.


Cette relation avec vos potes est une des choses les plus importantes pour mettre une barrière, un répressif à votre ego de « mâle ». En se taquinant et se jaugeant, on se teste les uns les autres, on s’aide les uns les autres à ne pas devenir trop prétentieux et sérieux.
 

A fortiori, en jouant sur les défauts de l’autre, cela démontre que nous sommes conscients des nôtres (qui peuvent être similaires), et que l’on y accorde une certaine attention (par l’humour). On n’attaquera jamais un pote sur des faits et questions personnelles. Les vrais amis comprennent qu’il y a une limite à ne pas franchir.


Vous savez à quel point vous êtes proche d’un ami lorsque vous sentez et constatez la fluidité et l’aisance d’une conversation qui paraîtrait avec la plupart des autres personnes inconfortable et gênante.

Ce qui fait la meilleure des relations « de pote à pote », c’est cette capacité (naturelle) de rire des autres, mais également (et surtout) de rire de soi-même… évidemment avec ces références communes qui les accompagnent !

Derniers Articles