Les femmes surdouées : trop intelligentes pour être heureuses... - Page 1/3

De nombreux préjugés planent sur ces êtres étranges et fascinants. Le profil atypique des femmes surdouées les confrontent à de nombreuses difficultés qui entravent leur bonheur. Pourtant, pour Monique de Kermadec, les athlètes des neurones peuvent être heureuses. Entretien avec une spécialiste de la « douance ».

Malheureuses, les femmes surdouées ? La question peut sembler bizarre tant elle est aux antipodes des préjugés que nous avons sur les adultes dits « à haut potentiel ». Monique de Kermadec, psychologue clinicienne, reçoit depuis des années des patients en souffrance dans son cabinet. Elle a publié récemment L’Adulte surdoué à la conquête du bonheur. Rompre avec la souffrance (1), recueil de témoignages et de conseils pratiques. Pour l’experte, il est tout à fait possible d’avoir une vie riche et épanouie, même en étant surdoué.

Madame Figaro. - Surdouée et malheureuse, on a du mal à y croire. N’est-ce pas paradoxal ?
Monique de Kermadec. -  Les préjugés ont la vie dure ! Quand on pense "adulte surdoué", on a immédiatement l’image d’un petit génie à lunettes comme Steve Jobs. Pourtant, statistiquement, il y a autant d’hommes que de femmes et, surtout, autant de profils différents. On s’attend de leur part à un sentiment profond de satisfaction. Or, à partir du moment où ces personnes à haut potentiel présentent des traits de personnalité atypiques, elles sortent leur interlocuteur de leur zone de confort. Résultat : l’autre n’est pas toujours prêt à accepter les différences, ce qui peut causer beaucoup de souffrances

 La femme surdouée rompt avec l’image classique du féminin 

Page 1 sur 3

Derniers Articles