La vérité sur la vie sexuelle de Ghandi, un père de l'indépendance controversé. - Page 1/2

 

D'après de multiples sources - détruites après sa mort afin de l'élever au rang du "Père de la Nation" - le Mahatma (qui signifie "grande âme") aurait peut-être été un genre de dangereux maniaque sexuellement oppressé...

 Gandhi entouré de deux femmes

Source photo : quora.com

 

Ghandi est née en Inde à Porbandar (Gujarat) et s'est marié à l'âge de 13 ans. Le (très) jeune couple avait alors une vie sexuelle tout à fait normale, même s'il ne partageait pas la même couche dans la maison familiale. 

 

Deux ans plus tard, alors que son père était souffrant, Gandhi abandonne son chevet pour retrouver sa femme, alors que ce dernier rend son dernier souffle. C'est donc dû au regret profond de ne pas avoir été présent aux côtés de son père lors de ses derniers instants que le héros de l'Inde aurait développé une révulsion naturelle contre "l'amour passionnel". A l'age de trente huit ans, Gandhi fait vœu de chasteté, l'abstinence étant pour lui, un moyen de sauver l'humanité.

 

1. Une redéfinition de l'abstinence

 

Ses écrits concernant le sexe sont nombreux : il y définit alors une série de "règles" concernant la chasteté et le désir sexuel, qu'il n'appliquait pas dans sa propre vie privée. Entre autres, il acceptait de dormir avec des femmes qui pourtant, n'étaient même pas autorisées à partager le même lit que leur mari. 

 

Parmi ces jeunes femmes : Sushila Nayyar, la soeur de sa secrétaire personnelle, à l'époque une enfant. Cette dernière partageait son lit et prenait même des bains en sa compagnie :

 

Lorsqu'elle se lavait, disait Gandhi, je gardais les yeux fermés. Je ne savais pas si elle se lavait nue ou en sous-vêtements. Je pouvais juste le deviner lorsqu'elle utilisait le savon. 

 

Est-ce dû à une interprétation si restreinte de la vie sexuelle que l'homme se permettait de dormir nu en compagnie de jeunes nubiles ? 

 

Pour sa défense, il apparentait ces pratiques à du "strip-tease", sans aucun contact ou activité sexuelle. Il expérimentait et testait ses limites afin de pouvoir démontrer sa résistance. Selon lui, il pouvait faire "tout et n'importe quoi" à partir du moment où il n'y avait aucune démonstration physique d'un désir sexuel quelconque.

 

Effectivement, voilà une redéfinition de la chasteté. Mais ça ne ça ne s'arrêterait pas là !

 

Page 1 sur 2

Derniers Articles