La loi sur la fin de vie vient d'être adoptée...

La proposition de loi sur la fin de vie vient d'être adoptée dans la nuit, par le Parlement, à la quasi-unanimité. 

Elle instaure ainsi le "droit à la sédation profonde pour les malades incurables" et donne ainsi un droit supplémentaire aux personnes en fin de vie.

Qui ça concerne ? Les personnes qui ont un mal incurable et souffrent terriblement. Jusqu'ici, elles n'avaient aucun recours légal si elles désiraient partir en étant accompagnées.

Et ça change quoi au juste ? L'application légale du "droit à la sédation profonde et continue" c'est-à-dire le fait de pouvoir se faire endormir par le corps médical jusqu'à ce que mort s'ensuive. 

La pratique existait vraisemblablement déjà dans les hôpitaux dans des cas extrêmes mais elle n'était nullement encadrée. 

Juridiquement c'était le néant.

Cette loi votée, ça impacte qui au juste ? Tout le monde !

Pas très gai tout ça, certes, mais cela vient répondre à une véritable attente d'un certain nombre de personnes, condamnées à court terme, mais aussi leurs proches et plus largement... tout le monde. 
Autre nouveauté, pour tous : les "directives anticipées". Jusqu'ici on pouvait stipuler ne pas vouloir d' "acharnement thérapeutique" sans toutefois être sûr que notre demande soit respectée, il s'agissait en réalité plus d'un "souhait" exprimé du patient qu'autre chose. 
Désormais, les directives devront être respectées par le corps médical, hors cas particuliers : dans le cadre d'une tentative de suicide par exemple. 

En quoi est-ce une avancée positive ? Même si de nombreuses personnes pensent qu'il aurait fallu ouvrir le débat pour aller plus loin et regarder côté "fin de vie active" ou "euthanasie", d'autres estiment qu'il s'agit déjà d'une avancée majeure. Marisol Touraine parle "d'avancée historique qui place le malade au cœur de la décision". 

 

Derniers Articles