Éjaculation nocturne : Est-ce grave ? - Page 1/2

Éjaculation nocturne : c’est grave docteur ?

L’éjaculation nocturne vous faisait penser aux adolescents boutonneux en pleine découverte de leur sexualité… jusqu’à ce que vous découvriez des draps mouillés en vous réveillant aux côtés de votre chéri. Même s’ils sont plus fréquents pendant la puberté, les rêves mouillés peuvent très bien se poursuivre à l’âge adulte. Explications…

Éjaculation nocturne, de quoi parle-t-on ?

L’éjaculation nocturne est un réflexe involontaire et incontrôlé. On l’appelle aussi émission ou pollution nocturne, ou encore rêve mouillé (traduction de l’anglais : wet dreams). À la différence de l'éjaculation proprement dite, ce phénomène survient sans que le pénis ne soit stimulé d’une manière directe. Il s’agit d’une réaction physique tout à fait normale et naturelle, même si elle est souvent embarrassante pour nos Jules. Certains se réveillent pendant l’expulsion du sperme. D’autres continuent de dormir et ne s'en rendent compte qu'au réveil.

Comment alors les expliquer ?

Les érections nocturnes se produisent souvent durant les phases de sommeil paradoxal (celles des rêves). Lors de ces phases, le système sympathique qui contrôle habituellement les muscles de la verge se relâche. C’est ainsi que ceux-ci entrent en action pour provoquer une érection. Votre Jules peut alors gesticuler ou émettre divers sons pour manifester son plaisir inconscient. Si vous ne le réveillez pas, l’érection se poursuit jusqu’à l’éjaculation. Ces réflexes permettent d'entretenir la circulation sanguine en oxygénant les corps caverneux afin qu'ils restent élastiques. Si elles surviennent le plus souvent la nuit, les érections involontaires peuvent également se produire dans des moments de la journée où Monsieur est particulièrement détendu.

Page 1 sur 2

Derniers Articles