Couple : Qui se ressemblent ... ne s'assemblent justement pas !


"Qui se ressemble s'assemble". Pas toujours vrai... Il existe des passerelles entre le dit "beau" et le supposé "laid" qui en disent long sur notre psychisme et ce qui reste aujourd'hui des idées reçues. Et si la beauté était une notion plus complexe ?

Aujourd'hui, on ne s'offusque plus quand on croise un homme laid avec un top-modèle à son bras. De même, une femme au physique banal peut s'afficher avec le sosie de Ryan Gosling ou de Daniel Day-Lewis sans faire glousser les envieux. Pour qu'un couple fonctionne, pourquoi faudrait-il qu'il soit bien assorti physiquement ? Mais alors que penser de celles et ceux qui recherchent délibérément chez l'autre le contraire de ce qu'ils sont ?

 

ELLE EST BELLE, IL EST LAID...

Autrefois, la beauté d'une fille lui laissait espérer un beau mariage. Elle n'avait d'ailleurs d'autre choix que d'être belle si elle voulait évoluer socialement. La jolie infirmière épousait le médecin-chef. Heureusement, la révolution féministe est passée par là, brûlant les soutiens-gorge et revendiquant le droit aux études supérieures, aux postes de direction, comme les hommes. N'empêche, il demeure dans l'inconscient collectif qu'une fille jolie s'en sort mieux dans la vie. La beauté comme ascenseur social !

 

« L'homme laid et riche a une femme belle comme il a une belle voiture. Elle devient un trophée, une vitrine », explique la psychanalyste Christine Arbisio. Si la fille est très narcissique, elle s'y retrouve. Mais les raisons de s'unir sont plus compliquées qu'une affaire de signe extérieur de richesse ou d'hypernarcissisme. « Une femme belle peut rechercher la sécurité auprès d'un homme laid ou elle peut manquer de confiance en elle et vouloir se dévaloriser en sa compagnie », reprend la psychanalyste. On peut aussi être belle sans être narcissique, non pas par manque d'ego mais parce qu'on a été élevée dans la valorisation de qualités intellectuelles ou morales, avec ces principes : « La beauté ne se mange pas en salade » ; « Il ne faut pas se fier aux apparences »...

 

Il y a quelques années, un pilote de F1 chez Ferrari, froid, intelligent, pas vraiment beau et très loin de l'archétype du playboy faisait pourtant battre les cœurs. Mais il était marié et fidèle à une femme superbe, cultivée et indépendante. Son adversaire de l'époque était canon, solaire et fêtard. Mais ce n'était pas lui que l'on avait envie de séduire, d'épater, tout juste rêvait-on de l'attirer pour une nuit dans son lit. Oui car un homme intelligent est sexy, question d'aura. Et la femme qui le comprend a certainement une longueur d'avance sur les autres. On ne construit pas une histoire sur un coup de foudre physique mais sur des affinités et des valeurs communes. Et comme c'est toujours plus compliqué qu'en apparence, viennent s'ajouter à l'attirance « les fantasmes infantiles de l'un et de l'autre » ajoute le psychanalyste François Perlmutter. « Tout nous renvoie au couple parental. La femme belle peut ressembler à la mère de l'homme laid. Ainsi, il peut s'identifier à son père, en étant aimé à son tour d'une belle femme. » Sous cette beauté, il y a le visage de la mère, qui est le premier amour d'un homme.

 

IL EST BEAU, ELLE EST LAIDE...

Justice nous est rendue à nous les femmes. À l'heure de la parité (enfin, presque), elles ont de solides arguments : du charisme, donc une aura, un compte en banque bien garni et un coupé sport. Ne manque que le bel homme sur la carte postale. On peut comprendre le plaisir d'avoir à son bras un mec canon si on a le sentiment de le confisquer aux autres femmes, notamment celles qui nous snobaient parce qu'on ne faisait pas, comme elles, 1,75 mètre, 55 kilos et un 90B. Et qu'en boîte, on passait totalement inaperçue. Mais bien sûr, le secret de l'attirance entre une femme pas terrible et un très bel homme est plus compliqué que ça. À défaut d'incarner la pin-up, on renvoie à l'homme l'image de la mère (eh oui ! encore !). « La femme ingrate, et parfois plus âgée, peut incarner une figure maternelle bienveillante, explique Christine Arbisio. C'est le pilier solide sur lequel il pourra compter, dans son fantasme, bien sûr. » C'est aussi l'image rassurante d'une femme qui ne le trompera pas (toujours dans son fantasme). Et ce serait mal connaître le genre masculin que de croire qu'un homme beau est un homme qui a confiance en lui. Auprès de cette « bonne mère », il va peut-être éprouver le sentiment de sécurité intérieure qui lui a fait défaut. Ce qu'il ne trouverait pas au côté d'une starlette trop occupée à séduire les autres pour se consacrer vraiment à lui.

 

N'oublions pas le magnétisme de la fille qui sait sublimer son handicap. Soit par un super look qui fait d'elle une personne unique, soit par un vécu particulier. Comme en témoigne cette danseuse au visage difficile, mariée à un mannequin. Quand elle se produit sur scène, tout en elle est sourire, partage, jeu avec le public. Exactement l'inverse de la prétentieuse autocentrée. Si elle est autant dans l'émotion et la grâce avec son mari, on comprend pourquoi il l'adore.

Derniers Articles