Pourquoi tous les couples se disputent chez Ikea ?

Ikea, le géant suédois du meuble, met-il en péril les ménages ? C’est ce qu’affirme une psychologue américaine. Mais se disputer autour d’une commode au nom imprononçable, ce n’est peut-être pas si négatif que ça, nuance Marie-Claude Korfer, conseillère conjugale.

De l’eau dans le gaz avec votre moitié ? C’est peut-être à cause d’une récente virée chez Ikea… Car se balader main dans la main à travers les immenses rayons, aux couleurs jaune et bleu, pourrait effectivement avoir un impact négatif sur la relation de couple. C’est en tout cas ce qu’affirme Ramani Durvasula, psychologue américaine, dans le « Wall Street Journal ». Elle est interloquée par le nombre de fois où ses patients accusent l’enseigne suédoise d’être à l’origine de disputes conjugales.

« Si une simple visite chez Ikea fait exploser un couple, c’est qu’à la base il ne fonctionne pas et que beaucoup de rancœurs se sont accumulées, nuance Marie-Claude Korfer, conseillère conjugale.Mais toutes les disputes ne sont pas dramatiques, au contraire, elles sont parfois constructives et permettent de remettre l’autre à sa place. »

À peine entrés chez Ikea, les visiteurs découvrent des reconstitutions de pièces dans lesquelles ils pourraient bien vivre… Cuisines modernes, jolies chambres à coucher, salles de bain fonctionnelles. Bref, autant de mises en scène du parfait foyer. Mais, explique la psychologue américaine, se retrouver dans une cuisine fictive serait aussi l’occasion d’aborder le sujet polémique des corvées domestiques… Idem : se retrouver dans une chambre d’enfants factice peut suffire à remettre sur le tapis le sujet de l’éducation des enfants. Et la terreur d’Ikea ne s’arrête pas là. Car, après le passage en caisse et le casse-tête chinois pour tout caser dans le coffre, il reste à monter les meubles !

« L’échec sous pression »

L’étude amuse beaucoup François Maquestiaux, professeur de psychologie cognitive à l’université de Franche-Comté. « Ça me parle ! J’ai récemment monté avec ma compagne une très vieille armoire normande, se rappelle-t-il. C’était un jeu d’enfant, tout s’emboîte facilement et sans vis. Il y a cinquante ans, ils ne se compliquaient pas la vie. Car, pour assembler un meuble d’aujourd’hui en kit, ce n’est pas la même histoire. Il faut conjuguer notices compliquées et vis par dizaines… »

Une telle situation pourrait mettre en évidence des problèmes de communication dans le couple. Le psychologue français parle aussi d’un phénomène « d’échec sous pression », où le stress rend la réflexion plus difficile.

 

 

« Sur une notice, il y a énormément d’instructions, on a envie de bien faire mais on a besoin de l’aide de sa moitié, car seul on n’y arrive pas. Mais, au moment d’assembler le meuble, le vocabulaire nous manque. On n’a pas les mots et on s’énerve. Par exemple, essayez de décrire verbalement à un enfant comment lacer ses chaussures, c’est le même problème »

Les mots manquent, la situation énerve, la tension est palpable et la coopération semble difficile. « La frustration grandit et devient un catalyseur de colère. L’émotion surgit si vite qu’il est difficile de l’enrayer », conclut-il. Et la dispute devient inévitable…

Derniers Articles