ATTENTION: Un redoutable parasite découvert dans une boite de thon

Une étrange créature découverte dans une boite de thon pourrait bien être un crustacé parasite au cycle de vie étonnant. Cymothoa exigua est connu pour son habitude d'élire domicile dans la bouche des poissons où il se débarrasse de leur langue pour en prendre la place.

 

En ouvrant une boite de thon prévue pour le repas du soir, Zoe Butler est tombée nez à nez avec une étrange petite créature. "J'ai ouvert la boite et vu une chose violette, puis je l'ai tourné, poussé avec une fourchette et l'ai vu me retourner mon regard", a t-elle raconté au Nottingham Post. "Cela avait comme une queue épineuse - c'est assez sinistre".

 

Source: maxisciences

 

 

"J'ai lâché ma fourchette, sursauté et crié un peu, appelant ma grand-mère pour qu'elle vienne voir", a-t-elle poursuivi. Autant effrayée que poussée par la curiosité, cette mère de famille britannique a ainsi abandonné quelques minutes la préparation du dîner pour documenter en images l'indésirable et relayer sa découverte sur Twitter.

 

Les photos prises par ses soins ont été inspectées par des biologistes dont Stuart Hine, chercheur au Musée d'histoire naturelle de Londres. Ses conclusions indiquent qu'il pourrait s'agir d'un parasite connu sous le nom de Cymothoa exigua. Un crustacé qui se distingue par ses mœurs redoutables, lui valant même le sympathique surnom de "pou mangeur de langue" chez les Britanniques.

 

Donner sa langue au crustacé

 

"De ce que je peux voir, j'appuierai l'hypothèse d'une tête de parasite mangeur de langue, Cymothoa exigua. Je pense qu'ils sont associés à des poissons plus petits que le thon mais des poissons que le thon mange. Nous pourrions sans aucune doute en dire plus si le spécimen nous est présenté", a indiqué le spécialiste repris par The Telegraph.

 

Généralement, le parasite s'en prend principalement au vivaneau rose, une espèce de poisson évoluant dans les eaux du Pacifique. Alors qu'il ne mesure que quelques centimètres de long, il pénètre dans son hôte en passant par les branchies et vient se fixer à la base de sa langue. De là, il commence à extraire le sang du poisson en utilisant ses griffes.

 

À mesure que le temps passe, Cymothoa grandit et change totalement d'aspect. La langue elle, devient de moins en moins irriguée, finit par s'atrophier et mourir. À ce moment-là, le parasite met généralement fin à sa consommation de sang et commence à se nourrir du mucus du poisson.

 

L'hôte désormais dépourvu de sa propre langue, la remplace en utilisant le corps du parasite fixé  à ce qui reste de l'organe. Cette substitution lui permet de se maintenir en vie et de continuer une existence "normale". Ainsi, les pêcheurs ont parfois une grosse surprise en examinant leur prise, découvrant dans la bouche du poisson, un véritable squatteur.

 

Un cas unique de parasitisme

 

Selon la communauté scientifique, ce cas de parasitisme est sans égal. En effet, aucun organisme parasite répertorié jusqu'à présent n'a montré de pareilles facultés à remplacer un organe avec succès. Bien sûr, la créature retrouvée par Zoe Butler était morte au moment de sa découverte. Elle se trouvait peut-être dans la bouche d'un poisson avalé par un thon.

 

Un examen approfondi devrait permettre de confirmer son identité. D'autres hypothèses émises par les experts indiquent qu'il pourrait également s'agir d'un jeune crabe ou encore d'un têtard.

Derniers Articles