Après une consultation médicale pour la varicelle, son fils pleurait et sa fièvre augmentait. Elle a alors compris que le médecin avait fait une terrible erreur… - Page 1/2

 

Rien de bien grave a priori, beaucoup d'enfants ont cette maladie et s'en remettent plutôt bien. En revenant de chez le médecin, la fièvre de Lewis s'est toutefois amplifiée. Ses boutons sont devenus de plus en plus rouges et de plus purulents. Haylay a donc rappelé le médecin pour savoir ce qu'il se passait et ce dernier lui a dit de ne pas s'inquiéter...

 

Sauf que son instinct de mère ne lui disait pas la même chose. Lewis était en larmes et elle l'a donc emmené aux urgences. Là-bas, les médecins lui ont demandé ce qui avait été prescrit à Lewis pour sa varicelle et quand elle leur a dit, ils ont immédiatement compris que la vie de Lewis était en danger. Il était en train de faire une septicémie ! Le médecin lui avait prescrit de l'ibuprofen, qui a déjà été à l'origine de nombreux problèmes avec des enfants.

 

En 2004 déjà en France, le professeur Jean-Marc Tréluyer, pédiatre-réanimateur et pharmacologue à l'hôpital Cochin - Saint-Vincent-de-Paul expliquait dans le Parisien : "Nous avons, depuis plusieurs mois, des alertes et suspicions sur ce médicament chez l'enfant. Si bien que, chez nous, dans les services d'urgences de Saint-Vincent-de-Paul ainsi qu'à Necker, on n'en donne plus aux enfants. On ne donne plus que du paracétamol !"

 

Le journal précise même : "Quels sont ces doutes ? D'abord en cas de varicelle, des cas d'infections cutanées graves et potentiellement mortelles ont été détectés chez des enfants sous ibuprofène. C'est pourquoi, le 15 juillet dernier, en pleine épidémie de varicelle, l'Afssaps (Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé) a alerté médecins et parents sur l'importance de ne plus donner aucun anti-inflammatoire non stéroïdiens aux enfants atteints par ce virus."

 

À dose normale, de nombreux risques subsistent chez les enfants avec l'ibuprofen : insuffisance rénale, choc sceptique (une poussée grave de l'infection qui peut mener en réanimation), pneumonies aggravées, maladies cutanées graves etc....

 

Le petit Lewis a eu beaucoup de chance, sa maman a vite compris que quelque chose n'allait pas et ses jours ne sont plus en danger. Son témoignage a été relayé de nombreuses fois sur les réseaux sociaux et Haylay espère vraiment que cela pourra servir de mises en garde à d'autres parents !

 

Page 1 sur 2

Derniers Articles